affiche
2 Commentaires

Rencontre avec Benoit Peeters : La Machine à dessiner

J’ai eu la chance de rencontrer Benoit Peeters. Auteur de bandes dessinées, de romans, et réalisateur. Il a imaginé avec François Schuiten une exposition exceptionnelle autour du dessin : Machine à Dessiner qui se tient aux Arts et Métier jusqu’au 26 mars 2017.

L’idée de l’expo est de faire dialoguer les machines du Musée avec les dessins de François Schuiten, « il fallait qu’elles nous plaisent, qu’elles soient sculpturales, porteuses de rêverie ou qu’elles fassent un fort écho aux dessins », m’explique Benoit Peeters. Ensemble, nous faisons le tour de l’expo, il m’explique leurs choix, chaque machine, chaque dessin a été minutieusement choisi.

La première Salle

Au milieu trône la table de dessin de François Schuiten. « C’est son vrai bureau, là où il travaille et là, ce sont des dessins originaux avec sa plume, il y a même sa tablette, il fait des recherches avec. » Tout autour, des machines, « mais contrairement au reste du Musée qui est très historique, didactique et dominé par la pédagogie, chez-nous, nous sommes dans une atmosphère mystérieuse au bord du rêve. » L’utilisation du terme « chez-nous » est révélatrice : nous sommes vraiment dans le bureau et même dans la tête de Benoit Peeters et François Schuiten.

Visite avec Benoit Peteers

Retour vers le passé

Leur collaboration ne date pas d’hier, ils étaient déjà amis à l’école, en Belgique. Le père de François leur donnait des cours de dessin à tous les deux le dimanche. « Je n’étais pas mauvais mais lui était excellent. Je me suis vite rendu compte que l’écriture me convenait quand même mieux. Mais la pratique du dessin me donne quand même un rapport particulier à l’image que d’autres écrivains n’ont peut-être pas. Certains écrivains peuvent voir les images comme des concurrentes au récit. Ils ont l’impression que le scénario serait parfait et que le dessinateur va ajouter des éléments qui vont tout changer. C’est pour ça que beaucoup d’écrivains ont du mal à collaborer pour des bandes dessinées. Avec François nous n’avons pas ce problème, nous créons ensemble un livre comme si était l’œuvre d’un seul auteur. »

Revoir Paris

Revoir Paris

Dans la série Cités Obscure, Benoit Peeters et François Schuiten imaginaient des histoires fantastiques dans des villes proches du réel. Dans Revoir Paris, le livre qui sort en même temps que l’expo et dont on peut découvrir quelques originaux, on découvre à travers les yeux d’une jeune femme, une version post apocalyptique de la Capitale, devenue en 2150, une ville de façade.

« Le personnage principal est inspiré de l’actrice Linh-Dam Phan, qui était notamment dans « Indochine« de Régis Wargnier et « Mister Nobody« de Jaco van Dormael, un film auquel François avait collaboré. Elle a accepté de prendre la pose pour quelques attitudes clés et ça nous a servis de guide pour faire exister Kârinh . »

Or la ville qu’elle s’imagine avant d’atterrir est plus proche du 19e siècle, elle a nourri son imaginaire avec des livres anciens, ce livre raconte la fin d’un rêve.

« Face à cette idée qui s’est un peu rabougrie du grand Paris, on montre le péril du tout petit Paris, d’un Paris qui se replierait sur lui-même, sur sa perfection, qui se regarderait dans ce miroir et qui oublierait que c’est surtout un lieu de vie et qu’une ville doit grandir. Alors on n’est pas là pour donner une leçon, ce n’est pas un album à message direct, mais c’est vrai que c’est une fable et une métaphore qui joue avec des thèmes actuels qui concernent toutes les grandes villes d’Europe avec un riche patrimoine. Comment faire dialoguer la préservation du passé et la réinvention d’une ville pour les habitants d’aujourd’hui. »

Paris et vous

Visite avec Benoit Peteers

« François habite Bruxelles, mais passe de plus en plus de temps à Paris. Moi, j’habitais le 6e arrondissement, mais mon appartement à été victime d’une explosion, mon immeuble a été détruit au printemps dernier alors que nous préparions l’exposition. Il  y a d’ailleurs une trace de cet événement à la fin de l’album. Même les péripéties un peu douloureuses de la vie entrent dans l’histoire. C’était un fait étrange, on était ici, aux Arts et Métiers quand j’ai reçu un coup de téléphone pour m’annoncer la nouvelle. Quelque part, l’exposition m’a sauvé car si j’avais été chez moi, je ne serais pas là pour vous parler. »

A vous de jouer !

Au cœur de la dernière salle, des tables de dessins et des feuilles sont à disposition des visiteurs, on peut participer à un concours de dessin et contribuer à l’expo, on peut surtout essayer de comprendre comment Benoit Peeters et François Schuiten voient le monde et tentent de le comprendre en le dessinant.

C’est ce qu’a fait Amandine avec ce super dessin :

Tricycle à vapeur par Amandine

Tricycle à vapeur par Amandine

Vous aussi vous avez croquez l’expo ? N’hésitez pas à nous envoyer vos dessins, je les ajouterais à cet article !

classée sous  Auteurs, Evènement, Expositions, Lectures

A propos de l’auteur

Publié par 

Le lundi ou le mardi soir, après le boulot (le vrai), je vais dessiner à l'Atelier 54. Parfois, j'ai pas envie, je suis sur mon scooter, j'ai froid, j'veux rentrer chez moi. Mais à la fin, je suis contente d'être venue, j'ai été productive parfois j'ai bien rigolé souvent mais surtout j'ai été épatée par le talent de mes collègues!

2 Commentaires

    Laissez une réponse


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.