9 Commentaires

Des illustrations pour KAMISHIBAÏ

Je viens de finir des illustrations pour un kamishibaï. Mais qu’est-ce qu’un kamishibaï ?

Le kamishibai (紙芝居, littéralement « pièce de théâtre sur papier ») est un genre narratif japonais, sorte de théâtre ambulant où des artistes racontent des histoires en faisant défiler des illustrations devant les spectateurs.

Il était courant dans le pays au début du XXe siècle jusque dans les années 1950.

source : Wikipedia

Quel rapport avec la BD me direz-vous ?

Le kamishibai a suivi l’histoire du Japon depuis le VIIIe siècle. Son origine véritable remonterait au XIIe siècle, époque à laquelle, dans les temples bouddhistes, les moines se servaient des emaki (rouleaux de dessins) pour transmettre des histoires à contenu moralisant à une audience généralement illettrée.

Après un long endormissement, il a connu un renouveau à la fin du XIXe siècle avec l’apparition du cinéma au Japon, mais ce n’est qu’en 1923 qu’apparaît le premier kamishibai pour enfants, intitulé La Chauve-souris d’or (Ōgon Bat) et inspiré des mangas (mot désignant initialement les croquis burlesques créés par le peintre Hokusai au XVIIIe siècle).

Les années 1950 sont considérées comme l’âge d’or du kamishibai : près de 50 000 conteurs se produisaient alors dans tout le Japon. Ōgon Bat était l’un des personnages les plus populaires, et de nombreuses histoires le mettant en scène étaient créées par divers auteurs. Plusieurs grands mangakas débutèrent par le kamishibai, tels que Shigeru Mizuki, Gōseki Kojima ou Sampei Shirato. Le kamishibai était alors parfois appelé gageki (画劇), « théâtre en images ». La télévision et les magazines hebdomadaires firent cependant disparaitre le kamishibai dans les années 1960.

source : Wikipedia

L’histoire que j’ai illustrée est un célèbre conte japonais : Issun-bôshi. Une première représentation est prévue le mercredi 30 novembre prochain, à 15h00 et 16h00 à la Maison de la Culture du Japon à Paris  (101 bis, Quai Branly 75015 Paris) et c’est gratuit (dans la limite des places disponibles) ! La pièce (« L’aventure d’Issun-bôshi, le Petit Poucet japonais« ) sera présentée par la conteuse Hiromi Asai.

Pour ce travail de commande, j’ai travaillé sur de grands formats (63,5 x 43,5 cm) ce qui n’est pas la norme pour les kamishibaïs mais cela permet une meilleure visibilité dans le cadre des représentations. Pour la mise en couleurs, j’ai utilisé à la fois des gouaches et des encres dont voici un petit aperçu…

k_1 k_2 k_3 k_4 k_5 k_6 k_7 k_8 k_9 k_10 k_11 k_12 k_13 k_14 k_15

 

9 Commentaires

  1. Sandra

    Magnifique !
    Je cherchais le conte de Kaguya en kamishibai quand je suis tombée sur vos illustrations.
    Elles sont tout simplement sublimes. Vos dessins donnent ce côté traditionnel du kamishibai qu’hélas nous ne retrouvons pas dans nos histoires.

    Pourrais-je les utiliser en vu d’une lecture en médiathèque ?

    • Bonjour Sandra !

      D’abord merci pour votre commentaire (et désolé pour cette réponse si tardive…) !

      Mes illustrations font l’objet d’un spectacle de Kamishibaï (je vous renvoie à l’article) et, en tant que telles, ne peuvent malheureusement pas être « utilisées » en dehors de ce cadre-là.

      Cela étant, j’espère avoir l’opportunité d’en créer de nouvelles (auquel cas, je vous tiendrai au courant…) !

      Cordialement,

      David

      • Sandra

        Bonjour, merci de votre réponse.
        Je comprends parfaitement et je me doutais de votre réponse, mais qui ne tente rien n’a rien ^^
        J’aurais plaisir à découvrir vos prochaines illustrations.

        Bien à vous,

        Sandra

Laissez une réponse


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.