Commentaire 1

L’homme qui avait perdu son ombre ( 8 et fin , bouh!)

On l’attendait : comment toute cette histoire allait-elle finir? il va falloir lire jusqu’au bout! Didier Bernateau 

on peut se demander pourquoi Freud incarne le surmoi ? au point où on en est…

 

petite explication : le carnet de dessin où cette pochade se déroule avait servi lors d’une séance de modèle vivant à l’atelier 54 des ABA ; que faire? déchirer les pages? intégrer le modèle dans l’histoire? et bien voilà!  

l’angoisse de la page blanche , heuh, couleur craft,  et  les affres de la chute…

et maintenant il « rentre dans les cases » après avoir été dépouillé de toutes choses et avoir recouvré ce qu’il pense être sa personne… c’est fou comme cette histoire peut en cacher plein d’autres…

remarquez: tant qu’il avait quelque chose à perdre, pas de problème existentiel, mais maintenant c’est pas pareil : dans quelle histoire il s’est fourré, le gars ?

alors , vous pensiez qu’on allait vous concocter une belle chute, bien arrangée et tout? mais trop facile! va falloir bosser!!!

Avec, par ordre d’apparition :

  • La victime
  • Son démon kidnappeur
  • L’ombre de la victime
  • Diogène
  • L’homme qui avait perdu son reflet
  • Le vendeur d’ombre
  • Le son et les mots de la victime
  • La lumière de la victime
  • Le reflet de la victime
  • Mnémosyne
  • Freud, surnommé « le surmoi »
  • Un modèle (vivant) de l’atelier des ABA Paris
  • L’auteur

Scénario, décors et personnages : l’auteur

D’après un certain nombre d’angoisses, phobies et autres névroses, et aussi contes de Schlémil traduit par Chamisso, Lacan et autre Maupassant, et un peu de Faust, tant que l’on y est…

1 commentaire

    Laissez une réponse


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.